Un cœur artificiel français testé dans quatre pays

La société française Carmat, qui a développé un projet de cœur artificiel rendant le patient totalement autonome, va pouvoir réaliser des implantations humaines dans quatre pays qui ont donné leur feu vert.

Coeur 100 % artificiel développé par la société Carmat © Carmat - FranceInfo

Quatre des plus grands centres mondiaux de chirurgie cardiaque vont réaliser les premières implantations de cœur artificiel. Les autorités belges, polonaises, slovènes et saoudiennes ont donné leur feu vert.
Le temps de former les équipes et de sélectionner les patients, et le CHU Saint-Pierre de Bruxelles, le Silesian Center for Heart Diseases de Zabrze (Pologne), le Ljubljana University Medical Center (Slovénie) et le Prince Sultan Cardiac Center de Riyad (Arabie Saoudite) réaliseront ces premières médicales : l'implantation sur l'homme d'un cœur artificiel.

Marcello Conviti, directeur général de Carmat, espère décrocher "d'autres autorisations dans un futur proche, notamment en France (approbation de l'ANSM), et de la part d'autres pays.

Cette prothèse cardiaque pèse moins d'un kilo. Elle représente un réel progrès par rapport aux premiers cœurs artificiels comme le Jarvik, une machinerie de plus de 40 kg qui empêchait le patient de mener une vie normale.
Ce cœur bioprothétique ultraléger a été développé par une société française : Carmat.

En cas d'insuffisance cardiaque en phase terminale, le cœur 100 % artificiel est la seule alternative à la transplantation d'un greffon humain, prélevé sur un donneur cliniquement mort. Sur plus de 800 candidats à la greffe inscrits sur liste d'attente, moins de 300 peuvent en bénéficier chaque année.