Bulletin N° 43

Bulletin N° 43

LA VIE DE L’ADETEC EN 2017

Le mot du Président

Chers adhérents, chers amis,
C’est la rentrée et j’ose espérer que la plupart d’entre vous, sinon tous, avez passé un été agréable et réparateur.
L’ADETEC quant à elle, même si son activité fut réduite quelque peu, n’a pas interrompu son travail. Plusieurs demandes de bourse ont été acceptées et les versements séquentiels de bourses déjà attribuées ont été normale ment versés.
Outre cette activité que je qualifierai de routinière, ou en tout cas inhérente à la fonction de l’association, l’année 2017 a, été marquée par plusieurs évènements particuliers. Au mois de février une vente aux enchères d’œuvres d’art contemporain (essentiellement des peintures) a été organisée dans les luxueux locaux des Salons Hoche à Paris, par l’un de nos adhérents (et à ses frais) . L’ADETEC devait recevoir à titre de dons tous les bénéfices dégagés après paiement des frais et des rémunérations induits par cet évènement mondain. Malheureusement le niveau des ventes n’a pas atteint ce que l’on pouvait attendre et le bilan financier de l’opération s’est révélé négatif. L’ADETEC n’a donc, hélas, tiré aucun profit ou perte de cette manifestation si ce n’est, peut-être, une plus grande reconnaissance publique.
Tout autre fut l’assemblée générale du 22 avril au cours de laquelle nous avons célébré les 45 ans de l’Association. Le bulletin précédent a déjà rapporté cet événement et les discours et présentations qui y furent faits. Je me permets simplement d’y revenir pour insister sur, outre la qualité des lieux (l’hôtel de France à Versailles) et la perfection de l’organisation, la grande et chaleureuse amitié, la convergence de vues, l’implication de tous les assistants pour que notre association fonctionne, se développe, croisse en taille, en action et en réputation.
Et puis, autre évènement moins immédiatement visible mais également important, l’ADETEC a obtenu des ministères concernés, le droit d’instaurer le vote par Internet pour ses assemblées générales et toutes les manifestations ou opérations ou un vote des adhérents est requis. Ceci va permettre à de nombreux adhérents qui pour des raisons d’éloignement, d’emploi du temps ou autre, ne peuvent se déplacer physiquement à Paris pour assister à l’assemblée générale annuelle ou tout autre manifestation du même ordre, de pouvoir exprimer leur choix, de manifester leurs préférences, d’influer sur la marche de l’association. Grâce soit rendue, à notre secrétaire général, Monsieur Malgoire et à notre secrétaire général adjoint, Monsieur Grevoul, pour avoir œuvré avec constance et détermination à l’obtention de la part des autorités de tutelle de cet incontestable progrès.
Enfin, comme vous le savez, l’ADETEC, dont l’activité essentielle a depuis un grand nombre d’années été centrée sur des sites chirurgicaux parisiens et depuis plus récemment sur l’activité du service de chirurgie cardio-vasculaire de l’Université de Rennes, continue de vouloir étendre son action en partenariat avec d’autres centres, universitaires ou non, dont des élèves ont pu bénéficier de bourses de la part de notre association. Ainsi au 2ème trimestre de l’année, je me suis rendu dans le service de Chirurgie cardio-vasculaire de l’Université de Lille et y ai rencontré le Professeur Alain Prat. Notre échange a été non seulement amical (nous nous connaissons depuis plus de trente ans) mais tout à fait clair et prometteur. Espérons que la mise en route d’une éventuelle collaboration ne saurait tarder.
Donc l’activité de notre association suit son cours. Elle tend même à se développer et les finances, grâce à tous les adhérents, sont excellentes.
Souhaitons de tout cœur que cela dure.
En attendant je vous prie de croire, Chers Adhérents et Amis, à ma totale reconnaissance et à celle de tous les membres de notre Conseil d’Administration.
Jean BACHET, Président,

 

SITUATION FINANCIÈRE EN 2017

Par Georges MALGOIRE (Secrétaire Général)

Amis de l’Adetec, bonjour,
Je vous transmets ci-après quelques commentaires sur la situation financière de notre association à fin septembre 2017 qu’aucun évènement exceptionnellement important n’est venu
perturber.
⇒ Le nombre total d’adhérents à jour de leurs cotisations demeure analogue à celui de l’année précédente.
⇒ Par contre, celui des nouveaux adhérents est en significative augmentation, ce qui est un signe extrêmement positif de la vitalité de notre association. Outre les centres chirurgicaux habituels, nous avons, pour la première fois, été recommandés par l’un des services de chirurgie cardiaque de l’hôpital Marie LANNELONGUE.
⇒ De ce fait, le montant des cotisations est en légère hausse par rapport à la même période de l’année 2016.
⇒ A ce jour trois legs ont été partiellement liquidés pour un montant de l’ordre de 80.000 € en faveur de l’ADETEC. Il n’est pas certain qu’ils puissent être totalement soldés d’ici à la fin de l’année à cause de la complexité des dossiers de succession (plusieurs associations bénéficiaires et vente de biens immobiliers).
⇒ Bien évidemment, nous avons une pensée particulièrement reconnaissante à l’attention des donateurs.
⇒ En ce qui concerne les dépenses : les frais de fonctionnement (dont frais postaux), de collecte, d’édition des bulletins et d’assemblée générale, sont demeurés globalement stables, exception faite des frais postaux en augmentation à cause du nombre toujours plus important d’opérés du cœur contactés (près de 4.000 à ce jour).
Seul le développement des relations via internet permettrait de maîtriser ces dépenses.
⇒ Le nombre de demandes de bourses s’accroît très régulièrement. Ainsi, à fin août, nous avons déjà accordé 8 bourses de recherche à de jeunes médecins qui, à la fin de leur internat, décident de préparer une maîtrise (M2) afin de pouvoir exercer en milieu hospitalier. Ainsi, en fin d’année, nous pourrions avoir pris en charge 10 à 12 nouvelles bourses, représentant ainsi un budget de l’ordre de 150 à 180.000 €, soit le
poste le plus important de nos investissements.
Compte tenu de la nature des travaux scientifiques accomplis par nos boursiers dans des centres de recherche de grande notoriété, l’ADETEC a pris la décision de privilégier cette nature d’actions qui font avancer la Science et qui pourvoient nos hôpitaux en professionnels compétents, ce que nous autres, anciens opérés du cœur, ne pouvons qu’apprécier.
⇒ Le montant des subventions consenties à d’autres associations ou centres de recherches a été consacré, comme de coutume, à la Maison de Parents et à l’association du syndrome de Marfan,
⇒ Le site internet de l’ADETEC créé par Daniel GREVOUL (www.adetec-cœur.fr) est désormais totalement opérationnel, y compris son utilisation pour le règlement des cotisations et lors des votes en ligne en Assemblée Générale.
De nombreuses études écrites par des chirurgiens de l’ADETEC et renvois à des études diffusées par ailleurs figurent désormais en annexes du site.
⇒ Le vote en Assemblée Générale
La première expérience du vote par correspondance ou en ligne va nous conduire à procéder à quelques simplifications dans la procédure.
Une seule page recueillera désormais tous vos votes que vous pourrez alors, soit :
♦ Utiliser en séance.
♦ Nous renvoyer à l’adresse du siège (votes par correspondance).
♦ Utiliser son reflet numérique pour ceux qui décident de voter en ligne.
♦ Que nous remettrons à l’un des adhérents présents si vous souhaitez donner pouvoir.
Nous vous remercions de bien vouloir tenir compte des délais indiqués afin que vos votes
puissent être pris en compte. Si vous choisissez de donner pouvoir, assurez-vous que le bénéficiaire sera présent à l’Assemblée Générale, ou bien optez pour le pouvoir « en blanc ».
Bien cordialement à vous
Georges MALGOIRE

Le point sur les techniques de traitement des cardiopathies.

Par le Docteur Christèle Diakov

Accèder à l'article

BOURSIERS 2017

A ce jour 8 nouvelles conventions ont été signées depuis le début de l’année 2017 avec de nouveaux boursiers qui, en cours ou en fin d’internat, abordent le difficile stage de recherche au sein d’un laboratoire d’études de grande notoriété (en France ou à l’étranger).
Les thèmes suivants sont ainsi entrepris par ces jeunes médecins.
* Le docteur Réda BELHAJ SOULAMI, poursuit actuellement une thèse d’université sous la co-direction des Pr. VERHOYE (CHU de Rennes) et HAIGRON (LTSI –Université de Rennes 1).
Dans ce but, le docteur Réda BELHAJ SOULAMI envisage d’évaluer l’apport de l’assistance par ordinateur dans le cadre des procédures valve-in-valve qui se posent désormais comme une alternative à la ré-intervention chirurgicale.
En effet, avec l’implantation de bioprothèses valvulaires aortiques chez des sujets de plus en plus jeunes, la dégénérescence de ces bioprothèses est aujourd’hui une problématique récurrente dans notre exercice.
Parallèlement, l’assistance par ordinateur est un domaine en plein essor dans de multiples disciplines chirurgicales, depuis la planification préopératoire à l’assistance dans l’exécution des tâches les plus complexes et les plus précises.
* Le docteur Antonio FIORE débute une recherche qui consiste à approfondir le « phénomène d’insuffisance mitrale ischémique et sa réparation par un nouveau dispositif d’annuloplastie » au sein du Laboratoire de l’Ecole de chirurgie de NANCY.
A la différence de la pathologie valvulaire mitrale dégénérative ou myxomateuse, où les feuillets valvulaires ou l’apparat subvalvulaire sont intrinsèquement pathologiques dans leur intégrité anatomique et morphologique, l’insuffisance mitrale ischémique est le résultat d’une distorsion et d’une dilatation de la géométrie ventriculaire qui supporte normalement la coaptation des feuillets valvulaires.
Objectifs de l’étude :
♦ Valider le concept fonctionnel de rétablissement et du maintien d’une bonne coaptation valvulaire mitrale lorsqu’on désolidarise une partie de la valve de ses attaches naturelles.
♦ Vérifier la pérennisation des résultats dans le temps.
♦ Valider le concept dans le contexte d’insuffisance mitrale ischémique afin de montrer que ce dispositif peut traiter de façon appropriée une insuffisance mitrale d’origine ischémique.
♦ Montrer la persistance de la qualité du traitement de l’insuffisance mitrale malgré l’évolution du remodelage du ventricule gauche.
* Le docteur Alexandra HAUGUEL prépare actuellement un DES de Chirurgie Générale 3e année à l’Ecole Nationale supérieure des Arts et Métiers (ENSAM) ainsi qu’un DESC de Chirurgie Vasculaire au laboratoire d’Hydrodynamique de l’Ecole Polytechnique, sous la direction du Professeur BARAKAT.
Elle souhaite participer à « l’étude des phénomènes de cicatrisation de la paroi artérielle dans le cadre du traitement de l’athérosclérose, à l’aide d’un modèle in vitro d’artère artificielle endothélialisée et d’un modèle innovant de biocapteurs connectés ».
Deux complications majeures, que sont la resténose et la thrombose restent, cependant, le tendon d’Achille de ce type de dispositif. La resténose intra-stent, phénomène chronique, impose souvent de multiples ré interventions, allant de pair avec les complications inhérentes à chaque procédure, des hospitalisations répétées, un surcoût financier, inconfort et perte d’autonomie des patients. La thrombose, d’apparition aiguë quant à elle, peut mettre rapidement en jeu le pronostic vital du patient (AVC, infarctus du myocarde, ischémie aiguë de membres). La prévention de ces complications représente un enjeu majeur.
Par une meilleure compréhension des phénomènes biologiques et à l’aide de biotechnologies innovantes validées, cette étude de science fondamentale, mais au cœur des concepts de recherche transrationnelles, trouverait une application clinique directe.
Le docteur Marien LENOIR, chirurgien cardio-thoracique à l’hôpital NECKER (Paris) souhaite consacrer deux années à la réalisation d’un projet de recherches dans le cadre d’une mobilité au sein de l’institut cardiaque de
Montréal, sous couvert du Professeur Ismail El HAMAMSY.
Son projet porte sur le «remodelage de l’anneau aortique après intervention de Ross : évaluation à l’aide d’imagerie par résonnance magnétique ».
Rappelons que la procédure de Ross, remplacement de la valve aortique par utilisation de la valve pulmonaire du patient fut réalisée pour la première fois en 1967 par Donald Ross.
L’objectif est de mieux comprendre le remodelage de l’anneau aortique et de l’anneau pulmonaire en fonction de la position de l’autogreffe vis-à-vis de l’anneau aortique. Pour cela nous réaliserons
une IRM avant et après l’intervention de Ross.
Nous étudierons le diamètre de la racine aortique avant et après l’intervention et comparerons alors les valeurs de distensibilité de la racine aortique.
Le docteur Basile MARIE, actuellement interne en 10ème semestre de chirurgie Cardiothoracique du CHU de Nantes, prépare un Master 2 ainsi que la réalisation d’une thèse de science dans l’espoir d’une carrière hospitalouniversitaire.
Les recherches envisagées par le docteur Basile MARIE portent sur la « Thérapie génique dans la cardiomyopathie liée à la Dystrophie Musculaire de Duchenne, notamment sur une évaluation préclinique de différents gènes thérapeutiques ».
Dans ce but, il pourra intégrer, sous l’impulsion des Professeurs GUERIN (Cardiologie interventionnelle) et ROUSSEL (Chirurgie Cardio-thoracique), l’équipe des docteurs MOUILLIER et LE GUINER (INSERM).
En parallèle, il suivra l’enseignement du Master 2 de «Sciences chirurgicales et nouvelles technologies interventionnelles», à l’université Paris Sud.
Le docteur Nicolas NESSELER, anesthésisteréanimateur au service de chirurgie cardio-thoracique du CHU de RENNES-PONTCHAILLOU sous le couvert du Professeur Jean-Philippe VERHOYE, poursuit actuellement un cursus universitaire avec la perspective d’une nomination comme professeur des Universités en 2019/2020.
Pour ceci, une mobilité internationale dans une équipe de recherche renommée est indispensable.
Dans ce but, le Professeur MATTHAY qui exerce au sein du « Cardiovascular Research Institute de l’Université de San Francisco » (UCSF) offre au docteur Nicolas NESSELER la possibilité de travailler sur la thérapie cellulaire dans un modèle animal de choc hémorragique telle que rencontrée au bloc opératoire ou en réanimation.
Dans ce contexte, l’opportunité d’une collaboration avec l’équipe du Professeur Matthay apportera une plus-value authentique à sa démarche scientifique. Il s’agit d’un travail portant sur une thérapeutique innovante et prometteuse de la défaillance d’organe, les cellules souches mésenchymateuses, au travers d’un modèle animal de défaillance pulmonaire induite par un traumatisme avec choc hémorragique.
Cette collaboration nous permettra :
♦ D’acquérir la maîtrise d’un modèle animal de SIRS qui complètera avantageusement les modèles in vitro et animaux basés sur la stimulation endotoxinique utilisés jusqu’alors.
♦ D’enrichir le champ de notre recherche à une thérapeutique prometteuse et innovante de la défaillance aiguë d’organe en situation inflammatoire (pulmonaire ou autres, notamment hépatique). Cette thérapeutique pourrait concerner en outre les diverses situations cliniques rencontrées en réanimation, associées au SIRS telles que le trauma, le sepsis ou encore l’insuffisance hépatique aiguë.
Le docteur Pichoy DANIAL, interne des hôpitaux en chirurgie cardiaque et vasculaire depuis novembre 2015, poursuit actuellement un cursus universitaire avec la perspective d’accéder à un poste de praticien hospitalier en chirurgie cardio-vasculaire.
Dans ce but, le Professeur Jean-Baptiste MICHEL, directeur de recherches à l’INSERM envisage de piloter l’année de master 2 du Dr Pichoy DANIAL qui sera consacrée à tester l’hypothèse de l’impact du shunt dans le contexte de l’insuffisance cardiaque provoquée par un infarctus expérimental, en particulier sur la fonction circulatoire pulmonaire.
L’incidence de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (IC-FEP) est en continuelle augmentation et représente jusqu’à 50% des IC.
Mais contrairement à l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection diminuée, le traitement pharmacologique de l’IC-FEP est décevant, entrainant un taux
de mortalité élevé.
L’objectif de ce projet est de démontrer que la création d’un shunt gauche droit interatrial protège les poumons chez des rats atteints d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée en comparaison à
l’absence de shunt.
Lieu de travail : INSERM, Hôpital Bichat, s/c du docteur Didier LETOURNEUR.
Le docteur Gabriel SAIYDOUN souhaite consacrer l’année universitaire 2017 à la réalisation d’un projet de recherches dans le cadre de la préparation d’un master 2 sous le couvert du Professeur
MAUREIRA, maître de stage, au sein de l’école de Chirurgie de Nancy (Directeur : Docteur TRAN et Professeur BRESLE).
Ce projet porte sur « l’Impact de la décharge ventriculaire gauche sur le remodelage myocardique post-ischémie cardiaque ».
Le but de cette démarche est de « réaliser une thèse de science pour étudier l’impact de l’assistance mono-ventriculaire et de la thérapie cellulaire sur le processus de réparation tissulaire ». On appelle remodelage cardiaque l’ensemble des modifications géométriques, structurales,cellulaires et moléculaires subies par le cœur au cours d’un processus pathologique. Ce terme de remodelage a été utilise initialement pour les modifications du ventricule gauche (VG) après un infarctus du myocarde (IDM). Dans ce contexte, ces modifications dépendent surtout de la taille de l’IDM et sont régulées par de nombreux facteurs tels que les facteurs mécaniques, neuro-hormonaux, inflammatoires et génétiques.
L’insuffisance cardiaque chronique s’accompagne également, au cours de son évolution, d’une altération de la fonction cardiaque ainsi que de la géométrie du VG. La succession de ces phénomènes est ainsi
responsable d’une réorganisation tissulaire micro et macro-architecturale à l’origine d’un remodelage ventriculaire.
Parmi les stratégies thérapeutiques visant a limiter la progression délétère du phénomène de remodelage ventriculaire, la réduction des pressions intraventriculaire et par conséquent du travail cardiaque, tout en préservant une contractilité ventriculaire subnormale, pourrait s’avérer bénéfique.
Abondant dans ce sens, quelques résultats cliniques prometteurs ont été rapportés faisant suite a l’utilisation de dispositifs d'assistance ventriculaire gauche (LVAD) ; en effet, après un certain temps, il a été parfois possible de revenir a une fonction cardiaque correcte avec sevrage du LVAD suggérant fortement un impact bénéfique de la décharge ventriculaire gauche (DVG). Les mécanismes mis en jeu pourraient, entre autres, participer à la régression de l'hypertrophie des mycètes, la diminution de la fibrose, la régulation des récepteurs B-adrénergiques et des protéines du sarcomère, a la régulation du transport de calcium myocitaire, et la normalisation de l’environnement neuro-hormonale.
Néanmoins, pour caractériser le rôle de la décharge ventriculaire ou d’une autre manière celui du ≪ repos métabolique cardiaque ≫ impliqué dans ≪ remodelage inverse ≫ [7] , nous avons besoin de développer des modèles animaux nous autorisant à une analyse micro- et macroscopique des conséquences myocardiques. Différents modèles de transplantation cardiaque hétérotopique (TCHT) ont ainsi été proposés permettant de placer le greffon cardiaque hétérotopique a des degrés variables de charge ventriculaire par la mise au repos partielle à complète.
L’objectif principal de notre travail est d’évaluer l’impact de la décharge ventriculaire gauche sur le remodelage myocardique post cardiopathie ischémique après transplantation cardiaque hétérotopique.
Pour ce faire, nous proposons de combiner deux techniques ; à savoir la greffe hétérotopique cardiopulmonaire ou cardiaque isolée en position abdominale et l’obtention d’un myocarde infarci par ligature coronaire. Ce travail doit ainsi contribuer au développement d’un modelé animal permettant l’étude de l’impact d’une déchargé ventriculaire gauche partielle ou totale à différents stades de la cardiopathie ischémique.